Echange de 6 lettres en fév. 1985 entre J.B. Colbert de Beaulieu et A. Wartelle : monnaies d’Alise et thèse Berthier

Origine du document:

Lieu de conservation:

Type de document:

Cote de classement: 
C-1985-03413

Auteur personne physique:

Classeur: 
3_1_RBCDEF
Boîte: 
10

Langue:

Date: 
5/02/1985

Campagnes:

Collation: 
5 lettres manuscrites
Pagination: 
11 p.
Année de production: 
1985

Destinataire (personne physique):

Note: 

IMPORTANT. Début d'un long échange de lettres du début de 1985 entre J.B. Colbert de Beaulieu et André Wartelle, entre deux érudits dotés d'une très grande culture. Ces 6 lettres  datées du 5 février au 23 février mettent en relief le doute critique du numismate à l'égard de la localisation d'Alésia à Alise-Sainte-Reine (“conversion de Colbert de Beaulieu” selon les termes de Guy Villette) : “il m'est devenu difficile de croire au site d'Alise”. Colbert de Beaulieu reconnaît “l'argument topographique gigantesque” de la thèse d'André Berthier ainsi que les faiblesses de l'équipe des défenseurs d'Alise. Reste la question centrale des monnaies trouvées à Alise (trésor de Grésigny) .

Dans ses lettres, Colbert de Beaulieu n'hésite pas à charger durement De Saulcy (aux méthodes scientifiques douteuses) et surtout un de ses successeurs Adrien Planchet. Il évoque aussi le comportement peu scientifique et inadmissibale (“anti-chercheur”) d'un responsable officiel de l'archéologie, membre de l'Institut (mise en relation avec les interdictions de fouille opposées à Berthier). Pour Colbert de Beaulieu (23 février), “il se peut que la théorie d'André Berthier finisse par prévaloir en emportant Joël Le Gall dans les ténèbres extérieures”. 

Descripteurs archéologiques:

Descripteurs méthodologiques:

Personnes morales citées:


Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.