Six lettres de A. Berthier à J. Pernot (juin-novembre 1965) : premières publications

Origine du document:

Lieu de conservation:

Type de document:

Cote de classement: 
C-1965-01842

Auteur personne physique:

Classeur: 
C1_K2
Boîte: 
12

Langue:

Date: 
22/06/1965

Affaire / dossier:

Pagination: 
12 p.
Année de production: 
1965

Destinataire (personne physique):

Note: 

Avant et après son séjour estival dans la Jura, André Berthier reste régulièrement en contact avec Jean Pernot. (lettres du 22 juin, 31 juillet, 20 août, 28 août, 21 septembre et 23 novembre). En juin, il indique que la problème d'Alésia est complexe et qu'il n'a pas encore bien compris la stratégie de Vercingétorix, d'où sa volonté de poursuivre intensément son enquête (“toute ma volonté est tendue vers l'aboutissement de grands projets qui puissent changer ma vie... et pour Alésia, j'aimerais remporter une victoire pour l'équipe”. Le 20 août, il informe Pernot qu'il pense venir en métropole vers le 5 septembre; il mentionne aussi l'article que le Général Blanc a préparé pour le Bulletin de l'A.G.P.M.  (“jugement d'un grand militaire sur la bataille d'Alésia”).  Le 28 août, Berthier informe Pernot qu'il a décidé d'acheter une voiture (Renault) pour ses pérégrinations en France, “char” à prendre à Marseille. Pour Alésia, la bataille a vraiment commencé : le “sieur Lerat se retire déjà dans sa tente” et l'article du Général Blanc sera d'un grand appui moral (un article dans Match pourrait être une bonne chose). Berthier pense arriver à Chaux-des-Crotenay vers la mi-septembre.  Le 2 septembre, il évoque des contre-temps : la voiture doit être récupérée à Marseille le 7 et le 9 il est convoqué à la Préfecture du Jura et donc il ne pourra pas rendre visite aux Pernot comme prévu initialement. Il précise qu'il a fait une nouvelle rédaction du “portrait-robot”. Enfin il évoque les contacts qu'il va avoir avec les autres jurassiens, défenseurs de la thèse salinoise. Dans la dernière lettre (novembre), Berthier parle de l'article de Dunoyer à paraître dans Le Monde (“il fera naturellement du bruit”). Il évoque aussi un courrier de Carcopino qui le félicite pour son livre sur Constantine mais manifestement, Carcopino “ne sait encore rien de nos travaux sur Alésia”; Berthier se propose de lui répondre en précisant le sens de ses recherches. Il mentionne aussi le mur militaire de la Grange d'Aufferin semblable à celui découvert à Gergovie.

Descripteurs méthodologiques:

Personnes morales citées:


Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.