Mont Auxois

Colline située sur la commune d'Alise-Sainte-Reine en Côte-d'Or. Site officiel mais contesté d'Alésia. Nombreux vestiges gallo-romains, quelques vestiges gaulois.

Lettre ouverte à Vercingétorix sur les falsifications de son histoire

Article sous forme d'une lettre à caractère ironique adressée par Antoinette Brenet à Vercingétorix. La lettre met en relief, de façon décalée, les falsifications ayant été faites pendant plus d'un siècle autour de la localisation officielle d'Alésia à Alise-Ste-Reine. A. Brenet commence par une remarque sur la statue de Vercingétorix à Alise-Sainte-Reine. Elle revient ensuite sur les biais introduits par Napoléon III dans le recherche de la vérité sur Alésia.

Cote de classement: 
J-1984-01245

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Le site d’Alésia - I

Première partie d'un long article de J. Carcopino paru en 1958 dans la Revue des Deux-Mondes. Dans cette première partie, Carcopino s'attaque à la thèse d'Alaise défendue très tôt par Quicherat et reprise au 20ème siècle par Georges Colomb. Il avance d'abord l'argumentation de la toponymie qui ne peut en tout état de cause différencier Alaise d'Alise (à noter que Carcopino avance ici l'idée d'une migration des Celtes de Franche-Comté vers la Bourgogne).

Cote de classement: 
J-1958-01243

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

A la recherche d’Alésia

Dans la revue La Vigie d'avril 1995, André Wartelle continue le combat pour la reconnaissance du  site de Chaux-des-Crotenay comme étant l'Alésia de César. Après avoir rappelé l'historique de la controverse sur la localisation d'Alésia, il donne les raisons pour lesquelles Alise-Sainte-Reine ne peut pas prétendre être ce lieu historique (références au texte de César, preuves archéologiques qui ne prouvent rien...).

Cote de classement: 
J-1995-01236

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Où donc se trouvait Alésia?

Le magazine “L'Histoire pour tous” publie en 1966 un article posthume de Benjamin Guittoneau (dit Ben), caricaturiste et pamphlétaire français. L'originalité de l'article de Ben réside dans la tentative de constitution d'un “portrait-robot” du site d'Alésia d'après le texte de César (Etait-il ou non au courant de la démarche d'André Berthier? Les annotations de ce dernier sous forme de numéros sont difficiles à interpréter). Ben détaille en effet et de façon minutieuse un certain nombre d'éléments de détermination du site d'Alésia.

Cote de classement: 
J-1966-01228

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Vercingétorix et Alésia

Article publié en 1997 par l'abbé André Wartelle. Après avoir rappelé la succesion des évènements de l'année -52, il évoque l'itinéraire de retraite de César pour rejoindre la Province et présente la démarche d'André Berthier (portrait-robot) qui permet de localiser de façon très probable Alésia à Chaux-des-Crotenay. Les investigations faites sur le terrain confirment largement cette dernière hypothèse. Dans un long développement, il montre que les “alisiens” s'évertuent à nier tous les arguments mis en avant par les contestataires (de Quicherat à Berthier)...

Cote de classement: 
J-1997-01221

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Les Mandubiens de l’Auxois furent-ils les ancètres des Poldèves?

En 1929, les députés français de gauche sont appelés (canular)  à intervenir en faveur de malheureux poldèves opprimés, habitants d'un pays imaginaire la Poldévie. Pour Antoinette Brenet, dans cet article publié en 1980, les Mandubiens de l'Auxois sont-ils aussi le fruit d'un canular? L'auteur reprend et compare les textes des auteurs antiques, confrontant notamment le texte de César avec ceux de Plutarque, de Dion Cassius, de Planude, de Strabon....

Cote de classement: 
J-1980-01218

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Un nouveau site pour Alésia

Jean-Yves Guillaumin publie dès 1974 un texte dans les Annales Latini Montium Arvernor (Université de Clermont-Ferrand) qui évoque la découverte d'André Berthier relative à la localisation d'Alésia à Chaux-des-Crotenay. Le futur président de l'association A.L.E.S.I.A. (en 1980) insiste sur la nécessité de reprendre la recherche sur Alésia en privilégiant l'étude systématique des textes des historiens anciens. Il s'appuie notamment sur le travail exemplaire de ce point de vue de René Potier.

Cote de classement: 
J-1974-01216

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Alésia, c’est Alise-Sainte-Reine

Pour Gilbert Charles-Picard, rien ne justifie les thèses franc-comtoises sur la localisation d'Alésia. Ce spécialiste des civilisations carthaginoise et romaine revient d'abord sur le texte des Commentaires et sur l'itinéraire de fuite de César. Il décrit l'épisode de la bataille préliminaire de cavalerie (que l'auteur ne peut pas situer!...) et le repli de Vercingétorix sur Alésia et tente de démontrer que cette place ne pouvait pas être en Séquanie.

Cote de classement: 
J-1984-01213

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Dossier : Le siège d’Alésia,

Liliane Dutrait présente, en décembre 1981, dans “Préhistoire et archéologie” un long article revenant sur le siège d'Alésia (avec en arrière-plan la certitude d'une localisation à Alise-Sainte-Reine). Après avoir rappelé les éléments clés de la Guerre des Gaules et évoqué le personnage de Vercingétorix, Liliane Dutrait explique la démarche de l'Arverne pour bloquer César et les opérations du siège organisé autour d'Alésia par le général romain.

Cote de classement: 
J-1981-01207

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Le site d’Alésia – III : Les arguments pour Alaise

Troisième et dernière partie du long article de J. Carcopino paru en 1958 dans la Revue des Deux-Mondes. Dans la critique de la thèse de G. Colomb (Alaise), Carcopino tente d'abord de se faire l'avocat du diable en s'appuyant d'abord sur Florus qui évoque la destruction complète d'Alésia après le siège mais très vite démontre que le style de Florus ne permet pas d'affirmer cela. Carcopino revient ensuite sur l'argument “Alésia chez les Séquanes” (cf.

Cote de classement: 
J-1958-01201

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Pages

Souscrire à Mont Auxois