Tissot Ga.

Tissot Gabriel (1908-1995)

Agriculteur de Crans, maire de la commune de 1934 à 1954, propriétaire du champ où furent découverts en 1971 des cônes pouvant être des lilias.

Tissot Gabriel

Agriculteur de Crans et maire de la commune de 1934 à 1954, Gabriel Tissot (1908-1995) était le propriétaire du champ où furent découverts en 1971 des cônes énigmatiques pouvant être des lilias. Il était également propriétaire du champ aux Etangs de Crans (“la marre”). Il facilitera toujours le travail de terrain d'André Berthier avec ses enfants et petits-enfants.

La guerre d’ego a bien eu lieu... en 72, à Syam

Dans la série “Il y a 50 ans”, Jean Michel revient sur l'année 1972, année cruciale mais aussi “Annus horribilis” problématique pour André Berthier et ses équipiers. Les importantes découvertes faites à Syam (cônes du champ Tissot) et à Crans (mur Girard) ont certes fait l'objet d'études approfondies au cours de cette 5ème et nouvelle campagne de fouille, études malheureusement non exploitées et surtout non poursuivies.

Cote de classement: 
J-2022-04806

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

En 1971, autorisation(s), démission et premières révélations

Article annuel de Jean Michel dans la série “Il y a 50 ans”. Une autorisation de fouiller avait enfin été accordée en 1970 par le ministre des Affaires culturelles, Edmond Michelet, sous la condition de faire “contrôler” les travaux jurassiens d'André Berthier par une “commission scientifique” qui s'est avérée très peu rigoureuse tant dans son fonctionnement que dans ses conclusions [04775].
Cote de classement: 
J-2021-04804

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Raymond Lejeune : un “régional de l’étape”, acteur-clé et indispensable relais local au service d’André Berthier

François Giron dresse un  portrait d'un équipier fidèle d'André Berthier dans les années 70, Raymond Lejeune. Dans le générique des équipiers Berthier, l’homme qui, d’emblée, apparaîtrait plutôt comme un timide figurant, un agent de l’ombre, se révèle bien au tout premier rang des actifs pionniers de ces années 70, surtout lorsqu’on observe d’un peu près ses contributions effectives, ses multiples reconnaissances de terrain et ses comptes rendus des investigations Berthier dans le semestriel “Le Gaulois”.

Cote de classement: 
J-2018-04473

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Deux lettres d'oct. 1973 de J.Y. Guillaumin à A. Berthier : suivi de diverses activités

Le 7 octobre 1973, Jean-Yves Guillaumin informe André Berthier de l'esclandre qu'il a fait à Alise-Sainte-Reine et fait état de sa nomination au lycée de Lons-le-Saunier où il s'efforce de convaincre ses collègues et ses élèves (plus organisation de visites du site de Chaux et création d'un club Archéologie). Il poursuit ses contacts avec Raymond Lejeune pour les reconnaissances de terrain.

Cote de classement: 
C-1973-04463

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Trois lettres de juil. 1964 d'A. Berthier à E. Houriez : préparation de la fouille de l'été 64

Le 22 juillet 1964, André Berthier répond à de précédents courriers de son amie (et aide de camp) Elisabeth Houriez. Il évoque son échange avec le Lieutenant-Colonel Granotier (cf. engin pour creuser les tranchées) et les possibles interventions auprès du Général Besson, patron de la VIIème région militaire. Il développe son point de vue sur les parcelles à fouiller et sur les autorisations à obtenir des divers propriétaires. Enfin, Berthier fait état de l'avancement de son ouvrage projeté sur l'affaire Alésia.

Cote de classement: 
C-1964-04296

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Portrait-photo : Gabriel Tissot (1908-1995)

Photographies-portraits de Gabriel Tissot (1908-1995), agriculteur de Crans, maire de la commune de 1934 à 1954. Propriétaire du champ à la Grange d'Aufferin où furent découverts en 1971 des cônes pouvant être des lilias et propriétaire également du champ aux Etangs de Crans, il facilitera toujours le travail de terrain d'André Berthier. 

Cote de classement: 
P-XXXX-04157

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Echange de 3 lettres en janv.-fév. 1973 entre R. Potier et A. Berthier : Edeine, Geoffroy, fossés doubles

René Potier continue, en ce début d'année 1973, d'alimenter Berthier en informations de natures diverses. Le 20 janvier, après avoir parlé du double fossé aux Lacles (Syam), il évoque la rencontre prochaine entre Edeine et “Geoffroy” - Joffroy -  (peu fervent d'Alise) ainsi que les critiques d'Edeine à l'égard de l'équipe Berthier suite à sa mise à l'écart des fouilles de l'été 72 (en fait, c'est Edeine qui s'est lui-même mis à l'écart en abandonnant le chantier).

Cote de classement: 
C-1973-03971

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Echange de 3 lettres en sept.-oct 1972 entre R. Potier et A. Berthier : pieu Tissot, livre Potier...

Le 27 septembre 1972, René Potier informe André Berthier qu'il a remis à Antoinette Brenet un fragment de pieu à faire expertiser (il précise avoir scié et conservé un morceau). Il revient sur l'étonnante dénégation d'Edeine au sujet des cônes du champ Tissot, manifestement anthropiques, même si Edeine revient maintenant sur ses affirmations de juillet. Il évoque aussi l'usage du bois d'if chez les Gaulois et dans l'antiquité (il recommande par ailleurs à Berthier d'écrire à Gabriel Tissot pour le tenir au courant).

Cote de classement: 
C-1972-03969

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Lettre du 2 octobre 1972 d'A. Berthier à G. Tissot : pieux du champ Tissot, probables lilia

Suite aux pressions de ses proches, André Berthier écrit le 2 octobre 1972 à Gabriel Tissot, propriétaire du champ où ont été découverts les cônes et les pieux, possibles lilia. Dans ce brouillon de lettre archivée, Berthier indique à Tissot les résultats de l'expertise du Centre Technique du Bois. Les pieux sont en bois d'if et ont été fichés verts en terre, juste après leur coupe. Pour Berthier, il n'est pas question d'if au 18ème s. ni même au Moyen-Âge. L'hypothèse de lilia romains reste la plus probable.

Cote de classement: 
C-1972-03953

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Pages

Souscrire à Tissot Ga.