Progrès (le)

Progrès de Lyon (le)

Brusque fin de mission pour Marie-Jeanne Lambert

A la mi-octobre 1994, le maire de Lons-le-Saunier décide de mettre fin à la mission du conservateur du Musée d'Archéologie, Mme Marie-Jeanne Lambert, après 22 ans passés à la tête du Musée. Celle-ci rejoint le Conseil Général du Jura. “Le départ de Marie-Jeanne Lambert étonne” indique la journaliste du Progrès, Nicole Guignard.

Cote de classement: 
J-2004-03140

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Alésia : les bourguignons bétonnent leur position

Dans cet article du Progès de juillet 2003, Jean-Claude Bonnot profite de la sortie de l'ouvrage de Michel Reddé “L'archéologie face à l'imaginaire” pour faire la promotion (dans la page Actualité Jura du Progrès) des travaux menés de 1991 à 1997 par l'archéologue à Alise-Sainte-Reine et démolir par la même occasion André Berthier et sa thèse localisant Alésia à Chaux-des-Crotenay.

Cote de classement: 
J-2003-02854

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Disparition du relais romain de Gratteloup

Suite à l'adoption d'un nouveau POS à la fin des années 70, le site archéologique de Gratteloup avait fait l'objet en 1983 de fouilles de sauvegarde (équipe archéologique de la Vouivre Champagnolaise dirigée par F. Leng) déterminant une bâtisse gallo-romaine. La construction en 1989 d'un bâtiment commercial au même endroit  a conduit à raser le dernier tertre de ce site.

Cote de classement: 
J-1989-02803

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

La combe de Panesière. Entre les eaux et les rochers

Charles Thévenin décrit le rôle de la combe de Panesière, porte d'entrée vers le Pays des Lacs depuis la RN 5, entre Pont-de-la-Chaux et le lac du Maclu. Elle se situe à la frontière entre les terres monastiques de Balerne et celles dépendant de la Chartreuse de Bonlieu. Thévenin évoque le Mont des Ifs (bordure occidentale de la combe). Il revient aussi sur la barrage érigé à peu de distance de Pont-de-la-Chaux, d'un commun accord entre les 2 entités médiévales de tutelle (Baronnie de la Chaux et Seigneurie de l'Aigle).

Cote de classement: 
J-2002-02801

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Un mammouth dans la plaine de Syam

Le Progrès publie un article de C. Thévenin sur la découverte dans la plaine de Syam (en bordure de la carrière) d'une mâchoire de mamouth (proboscidien), jeune animal d'une quinzaine d'années. La mâchoire remonterait à environ 15.000 ans à une période marquée par le recul des langues glaciaires et la constitution de bassins hydrauliques de retenue.

NB: d'après le découvreur de la mâchoire, celle-ci aurait été finalement identifée comme celle d'un éléphant appartenant à la ménagerie d'un cirque passé par là au XIXème siècle.

Cote de classement: 
J-XXXX-02799

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Sources à histoires

Charles Thévenin évoque, dans cet article du Progrès, les “doyes” celtes, les “fons” latines et autres sources qui ont justifié les premières installations humaines. Il mentionne d'abord la source intermittente au Sud de Syam (près de laquelle se trouvent les loca praerupta de Berthier), encore appelée source du Moulinet.

Cote de classement: 
J-XXXX-02798

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Le Château de la Folie ou la malédiction du grand rocher

Charles Thévenin rend compte dans le Progrès d'une conférence faite aux Planches-en-Montagne par Jacques Carlod sur le Château de la Folie au lieu-dit Le Châtelet (ancien village au dessus des Planches). Une forteresse aurait pu y être construite (cf. baronnie de la Chaux). En 1837 un propriétaire du lieu, maire des Planches (Claude François Fumey) fait ériger sur la plate-forme sommitale du Châtelet une singulière bâtisse de 4 étages que les habitants du lieu désignèrent par “Château de la Folie”.

Cote de classement: 
J-2003-02797

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

A l'assaut des "rampes”

Dans cet article, est évoquée la difficulté que constitue la montée, depuis Champagnole, sur les seconds plateaux du Jura. Une première difficulté se situe sur l'itinéraire vers Pontarlier et la Suisse par Equevillon et Entreportes. La seconde difficulté est celle de la montée vers le Grandvaux avec la route passant par les gorges de la Lemme.

Cote de classement: 
J-XXXX-02796

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Mournans : la porte de la montagne

Mournans occupait il y  a longtemps une position stratégique au sommet d'une des faiblesses du Jura central. La construction de routes modernes a toutefois isolé le village. Une particularité géomorphologique : présence de nombreux ravins. Mournans est une sorte de porte entre le pays de l'Ain et le pays de Nozeroy. 

Cote de classement: 
J-XXXX-02795

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Morillon, ou les portes du Haut-Jura

Dans son article du Progrès, Charles Thévenin rappelle la géologie de la zone du Morillon due à une cassure tectonique (faille ayant déplacé 2 parties d'un chaînon jurassien). Un hameau et un pont ont été créés à cet emplacement singulier, avec un péage au Moyen-Âge (Morillon faisant partie de la Baronnie de la Chaux). André Berthier situe à cet emplacement l'extrémité Sud-Ouest du dispositif romain de blocage des troupes gauloises. Charles Thévenin évoque aussi le Vie de la Serre par où passait les diligences.

Cote de classement: 
J-XXXX-02794

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Pages

Souscrire à Progrès (le)