Six lettres adressés à Berthier par des proches au début de 1965 - Critique du rapport Théobald

Origine du document:

Lieu de conservation:

Type de document:

Cote de classement: 
C-1965-01838

Auteur personne physique:

Classeur: 
C_1_I
Boîte: 
12

Langue:

Date: 
01/1965

Campagnes:

Pagination: 
7 p.
Année de production: 
1965

Destinataire (personne physique):

Note: 

Le 31 janvier 1965, le Général Blanc transmet à Berthier un nouvel avis de M. Payer et indique que le tumulus (tridigité) n'a pas été touché. Le 1er février, Maurice Payer indique avoir reçu les notes d'A. Berthier analysant le rapport Théobald : face à la condamnation sans appel de L. Lerat, l'ingénieur Payer veut, lui, invoquer le bénéfice du doute : “on ne vient pas à bout d'un site aussi vaste en un mois”. Le 6 février, c'est Albert Girard  qui revient sur les notes Théobald et Payer, contestant des affirmations intenables (pour les talus des plates-formes de Syam ou le fossé à fond plat de la Grange d'Aufferin) et affirmant que les sites ont bien été aménagés pour des besoins de défense. Puis, le 9 février, Maurice Sergent se dit surpris par le côté très lapidaire du passage sur les structures du camp des Sarrasins (Grange d'Aufferin) et sur l'affirmation de Théobald selon laquelle le monument ou tumulus tridigité est une structure naturelle : un réexamen contradictoire est à refaire avec Théobald. Le 11 février, Maurice Payer indique qu'il n'est pas utile de faire analyser les masses ferrugineuses et maintient qu'il faut invoquer le bénéfice du doute pour les découvertes des fouilles. Une dernière lettre du 1er mars, d'une personne non identifiée (résidant à Neuilly, donc Maurice Sergent), fait état de la réaction de scepticisme de Roman Karpoff, celui-ci étant prêt à aller à Chaux-des-Crotenay pour voir de visu les structures en question. 

Descripteurs topographiques:

Descripteurs méthodologiques:


Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.