7 - Environnement, contexte local, vestiges divers

Le faisceau de Syam : voyage dans la faille X

Charles Thévenin évoque la bande de terrain appelé faisceau de Syam qui part du lac d'Ilay pour s'achever 20 km au Nord en passant par Syam et Sirod et qui est parcourue par une série de 10 failles parallèles (9 compartiments). Ces failles peuvent être recouvertes de dépôts glaciaires ou fluviatiles. Parfois des érections rocheuses viennent témoigner de la force des mouvements tectoniques.

Cote de classement: 
J-XXXX-02793

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Un été dans les Côtes Chaudes

Charles Thévenin rappelle dans cet article la géomorphologie impressionnante de la vallée de la Saine (gorges, canyon...) entre la Langouette et la plaine de Syam. Il décrit l'adret surchauffé de la vallée (les “Côtes chaudes”) et la difficile construction d'une route de 1841 à 1842 à flanc de colline pour relier les Planches à Syam. Plusieurs anecdotes d'accidents. 

Cote de classement: 
J-XXXX-02792

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Les Combes : du sang bleu au coeur d'Alésia

Dans cet article du Progrès du 25 mars 2007, Charles Thévenin raconte l'histoire de la Ferme des Combes à la Chaux-des-Crotenay. La ferme, noble construction du début du XIXème siècle, a été construite sur une ancienne gentilhommière rurale du début du XVIIème siècle des Davonnay (avec une ancienne chapelle dédiée à Saint-Sébastien).

Cote de classement: 
J-2007-02791

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Les “voies” du Pont

Charles Thévenin décrit dans l'article du 17 avril 2005 l'ensemble des 3 voies montant de Pont-du-Navoy au Col de la Vermillière sur la Côte de l'Heute (entre les deux cols de Mirebel et de Montrond) : au centre  la plus ancienne, à l'Ouest la voie dite romaine, à l'Est la route royale de l'ingénieur Jean Querret. Le col de la Vermillière devrait son nom à l'existence d'une borne millière (aujourd'hui disparue) et Pont-du-Navoy à la barque (navoy) franchissant l'Ain.

Cote de classement: 
J-2005-02789

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Les mystères de la Fresse

Pour Charles Thévenin dans cet article du Progrès de janvier 2005, la foret de la Fresse cachée derrière le Mont Rivel a pu être un refuge pour les partisans des coutumes millénaires pré-romaines. S'y trouve notamment un monolithe appelé “pierre-lithe”, un des menhirs authentifiés du département du Jura. Malheureusement Pierre-Lithe se délite chaque jour davantage et ne constitue plus qu'un bloc de 1,10 m de haut. Thévenin évoque aussi le trafic dense ancien entre Saint-Germain en Montagne et Mournans à travers la Fresse.

Cote de classement: 
J-2005-02788

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

La vallée oubliée

Charles Thévenin relate dans le Progrès du 15 juin 2003 l'histoire “géologique” de la petite vallée partant de Bourg de Sirod et se faufilant entre Sapois et Equevillon. Ancienne morte, l'Etang Marquis est le vestige d'un plan d'eau plus important dans une vallée où a pu passer l'Ain avant que celui-ci passe la barrière de Bourg-de-Sirod pour rejoindre la Saine vers Syam. 

Cote de classement: 
J-2003-02787

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Le Lac à la Dame ou le mystère des flots au féminin

Charles Thévenin raconte dans le Progrès en 2001 l'histoire du Lac à la Dame, situé dans le prolongement de la dépression de Fort-du Plasne. Il évoque les problèmes de frontières entre plusieurs communes, les communautés humaines, les légendes 

Cote de classement: 
J-2001-02786

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Les Mottes : des vestiges au passé évocateur

Charles Thévenin évoque dans cet article du Progrès de juillet 2001 les anciennes “mottes” sur lesquelles étaient construites des structures fortifiées  en bois et terre et qui étaient situées dans des marais ou des plans d'eau. De plan carré, les structures pouvaient être construites très rapidement et étaient naturellement protégées par l'eau environnante. C.

Cote de classement: 
J-2001-02785

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Par monts et par vaux...

Le journaliste et érudit champagnolais Charles Thévenin explique les raisons de l'installation de la ville de Champagnole dans une plaine alluvionnaire avec autour d'elle un relief tourmenté, une rivière importante (Ain), des langues morainiques (Curtil, Taravan...), des buttes anciennes (Mont Rivel, Equevillon...). Il évoque les eaux stagnantes de cette plaine devant se déverser dans divers ruisselets. Progressivement le relief s'est estompé.

Cote de classement: 
J-1999-02784

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Des points noirs sur la route blanche

Charles Thévenin raconte dans le Progrès l'histoire de l'itinéraire ancien que constitue l'actuelle RN5  (route blanche) menant de Poligny-Salins à la Suisse en passant par Champagnole (franchissement de l'Ain sur le Pont de l'Epée).Il évoque le carrefour de voies anciennes que constitue Champagnole.

Cote de classement: 
J-1999-02783

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Pages

Souscrire à 7 - Environnement, contexte local, vestiges divers