Autres batailles antiques ou cités gauloises

Autres localisations contestées de batailles entre romains, gaulois et/ou germains... et de plusieurs autres cités gauloises dont Uxellodunum ou Bibracte (aujourd'hui identifiée au Mont Beuvray).

L'affaire Alésia

Dans un texte dactylographié de mai 1994, Joseph Solis s'intéresse à la question de la localisation de Numance  où les celtibères ont tenu tête à Rome dans les années 153 à 133 av. J.-C.. Longtemps localisée à Zamora, une nouvelle thèse remontant à 1853 place la cité près de Garray dans la province espagnole de Soria. Joseph Solis , défenseur du site de Garray et également défenseur de la thèse Alésia-Chaux-des-Crotenay, tente de démontrer que la méthode du portrait-robot utilisée par André Berthier peut aider à trancher.

Cote de classement: 
L-1994-03924

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

L’esprit de recherche. Un exemple : Jacques-Gabriel Bulliot, découvreur de Bibracte

Dans ce court article, Pierre Aymard vante les mérites de l'esprit de recherche qui a permis à un marchand en vins Jean-Gabriel Bulliot de découvrir le site de l'ancienne Bibracte sur le mont Beuvray. S'opposant aux érudits de l'époque qui plaçait la capitale éduenne à Autun et ayant découvert des vestiges intéressants sur le site du mont Beuvray, Bulliot s'est servi du texte de César pour démontrer qu'il s'agissait bien de l'antique Bibracte. Pierre Aymard évoque les multiples vicissitudes rencontrées par Bulliot pour faire reconnaître sa thèse.

Cote de classement: 
J-XXXX-03849

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

204 - L’étymologie d’Uzerches (Corrèze) : UiSER-ica, “défense de la Vézère”

Bulletin n°204 (novembre 1987) de l'abbé Guy Villette présentant un travail de toponymie consacré plus particulièrement à l'étymologie d'Uzerches, avec en arrière-plan la question de la localisation d'Uxellodunu

Cote de classement: 
J-1987-03305

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Uxellodunum identifié au Puy d'Issolud

Dans le Figaro des 21-22 avril 2001, Anne-Marie Romero présente les arguments en faveur de la localisation d'Uxellodunum au Puy d'Issolud, faisant état des fouilles réalisées (700 pointes de flèches, 69 fers de trait de catapulte, 6 pointes de javelots...). Elle rappelle les évènements du siège d'Uxellodunum selon César. Dans un complément à son article principal, A.M. Romero évoque la querelle opposant les tenants de la thèse officielle (Puy d'Issolud) aux défenseurs d'autres localisations (Capdenac, Luzech, Murcens). 

Cote de classement: 
J-2001-03153

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Bienvenue chez les Arvernes. Les villes gauloises ressortent de terre

Dossier d'Anne-Marie Roméro dans le Figaro du 15 novembre 2005 consacré aux fouilles de Bibracte (Mont Beuvray) et à celles de Corent (près de Gergovie).  Alors que la fouille de Bibracte atteint sa vitesse de croisière, c'est une “capitale tripolaire” qui vient d'être identifiée chez les Arvernes à côté de Clermont-Ferrand (Corent-Gondole-Gergovie) formant un triangle de 2000 hectares. Aucune mention relative à l'oppidum des Côtes de Clermont.

Cote de classement: 
J-2005-03133

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Amagétobrie

Désiré Monnier, dans son Annuaire du Jura de 1852 (Annales anciennes) développe ses idées sur la bataille d'Amagétobrie (Magétobria) qui opposa Celtes (troupes gauloises menées par les Eduens) et Germains (conduits par Arioviste) vers 62-60 av. J.C... La localisation d'Amagétobrie restant encore indéterminée, Monnier veut aller explorer un site probable entre Jura et Côte d'Or, du côté de Pontailler. Des incidents avec des habitants et des responsables locaux l'empêcheront de faire ses recherches.

Cote de classement: 
O-1852-01546

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

L'oppidum de Bibracte. La capitale abandonnée.

Vincent Guichard, dans cet article du numéro thématique 77 du magazine Historia, présente Bibracte, l'oppidum des Eduens, désormais localisé officiellement sur le Mont Beuvray. Cet oppidum semble avoir été abandonné environ un demi-siècle après la guerre des Gaules.

Cote de classement: 
J-2002-01523

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Et là, vraiment toute la Gaule fut occupée

Le journaliste Pierre Barthélémy fait le point des connaissances sur la dernière bataille de César en Gaule à Uxellodunum. La localisation de cette bataille a longtemps été controversée, Napoléon III ayant décrété celle-ci sur une boucle du Lot en face de Luzech. Dès 1865, des opposants à cette décision fouillent du côté du Puy d'Issolud et y découvrent des fers de traits de lance, des pointes de flèches, etc.

Cote de classement: 
J-2004-01398

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Ce que nous savons aujourd’hui sur la guerre des Gaules. C’est à Bibracte que s’engage le combat final (2)

Dans cet article du Figaro d'août 1989, Georges Suffert évoque la tenue à Bibracte de l'assemblée des chefs des ethnies gauloises. Mais où est Bibracte la capitale des Eduens? Pour l'auteur, la civilisation des oppida, villes fortifiées à proximité de peuplements, est à son apogée. L'oppidum de Bibracte est resté longtemps ignoré. Aantérieurement localisée à Autun, c'est au Mont-Beuvray qu'ont localise désormais Bibracte. Des fouilles ont été réalisées en 1984 qui mettent bien en évidence les imposantes murailles.

Cote de classement: 
J-1989-01374

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

La bataille de “ Varus” ou bataille “de la forêt de Teutoburg” (9 après J.C.) et sa localisation

François Grosclaude raconte, dans cet article de 2006, l'histoire de la recherche de la localisation de la bataille de Varus en 9 ap. J.C. qui montre des analogies intéressantes avec la détermination de la localisation d'Alésia. Gouverneur de Germanie, le légat Publius Varus tente de romaniser la zone outre-Rhin ce qui déclenche de violentes révoltes. En l'an 9, une confédération de troupes germaines dirigée par Arminius met en déroute les 15.000 à 20.000 romains du légat Varus.

Cote de classement: 
J-2006-00194

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Pages

Souscrire à Autres batailles antiques ou cités gauloises