Carcopino J.

Carcopino Jérôme (1881-1970)

Haut-fonctionnaire français, historien spécialiste de la Rome antique. Inventeur de la célèbre et critiquée formule des “Séquanes de l'ouest”.

La question d'Alésia d'après les travaux de Jules Toutain

Louis-Antoine Gérard-Varet fait, en 1962, un bref résumé des travaux de Jules Toutain, responsable des fouilles à Alise-Sainte-Reine. Il rappelle le contexte historique et politique de ces travaux ainsi que la controverse relative à la localisation d'Alésia à Alise-Sainte-Reine. Pour l'auteur, les fouilles de Toutain conduisent au rejet de la thèse d'Alaise et confortent la thèse officielle.  

Version numérique disponible sur Google Books.

Cote de classement: 
J-1962-01009

A propos d'Alésia

Court article de André Billy dans le Jura Français (N°129 de janvier-mars 1971), extrait du Figaro Littéraire du 28 décembre 1970. Billy conteste (“pour faire plaisir à son ami Georges Colomb”) la thèse de Carcopino inventant les Séquanes de l'Ouest. Billy s'étonne aussi du rebondissement de l'affaire Alésia suite au dossier reçu de M. de Mérona défendant le thèse salinoise. 

Cote de classement: 
J-1971-00991

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Une lecture de César pour comprendre Alésia

Commentaires (1983) de l'abbé Guy Villette sur le texte de César de la Guerre des Gaules permettant de valider la thèse d'André Berthier (Chaux-des-Crotenay) et d'invalider la thèse officielle (Alise-Sainte-Reine). Critique des historiens ayant trahi Vercingétorix suite à une lecture erronée ou partiale du texte de César. Mise en perspective des positions des divers historiens interprétant les postures réciproques de César et de Vercingétorix. Recommandation faite aux français de revenir à la culture classique et de lire le grec et le latin.

Cote de classement: 
J-1983-00910

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Observations sur l'article de M. Commeaux “Les arbres cachent-ils la forêt?”

Nouvelle série d'observations critiques (1983) de l'abbé Guy Villette sur le texte de Charles Commeaux (Les dossiers de l'histoire N°44) pourfendant la thèse jurassienne de Chaux-des-Crotenay. Données relatives aux peuplades gauloises, à la Province Romaine.

Cote de classement: 
J-1983-00911

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

La cavalerie dans l'enjeu de la lutte de Vercingétorix contre César (52 avant Jésus-Christ)

Après avoir montré les failles des explications fournies par les érudits (Carcopino, Jullian, Thévenot…) notamment sur les combats de cavalerie, l’abbé André Wartelle montre que dans l’hypothèse Berthier tous les éléments qui semblaient poser problème à Alise viennent bien trouver leur place dans l’hypothèse Berthier. Wartelle détaille les évènements de l'année -52 et pointe les erreurs des défenseurs de la thèse officielle.

Cote de classement: 
J-1983-00914

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Questions de méthode. Nouvelle réponse à Charles Commeaux.

Poursuite en 1983 du débat entre André Wartelle et Charles Commeaux dans la revue “Les Dossiers de l'Histoire” . Contre-critique par André Wartelle des affirmations et critiques de Charles Commeaux. Précisions sur l'itinéraire des légions, sur la topographie d'Alésia, sur la montagne Nord et les deux rivières. Retour sur les données de l'archéologie.

Cote de classement: 
J-1983-00922

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Alésia: la dernière bataille

La défaite finale de Vercingétorix face aux troupes de Jules César, en 52 av. J-C., n'a cessé d'alimenter les débats. Maurice Sartre s'interroge en 2001. Le site de la bataille est-il bien en Bourgogne où les archéologues le situent depuis Napoléon III? Les résultats apportés par les nouvelles fouilles tant sur le plan de l'histoire militaire, de l'équipement des armées romaine et gauloise, que de l'occupation de la région depuis le IXe siècle av. JC jusqu'au IIIe siècle ap. JC. donnent de la plausibilité au site d'Alise-Sainte-Reine.

Cote de classement: 
J-2001-00888

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

On s'intéresse enfin à Syam

Dans cet article de 2003, Thierry Secrétan souligne qu'Alésia continue de soulever les polémiques. Il met en relief la découverte par le professeur André Berthier du véritable site de la célèbre bataille à Syam, dans le Jura, et cela au grand dam des tenants d'Alise-Sainte-Reine, en Bourgogne. Décédé en 2000, André Berthier n'a jamais été autorisé à faire une fouille approfondie des lieux (l'auteur évoque les relations difficiles qu'a connues André Berthier avec les autorités de l'archéologie française).

Cote de classement: 
J-2003-00890

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

L'énigme d'Alésia

Le Général Marc Terrasson rappelle en 1991 l'essentiel des données de la Guerre des Gaules, précisant le nombre des hommes engagés de chaque côté. Il fait la démonstration de la précarité du site officiel d'Alise-Sainte-Reine (qui reste sans aucun doute une ville gallo-romaine) et propose une confrontation avec les données de Chaux-des-Crotenay que le Général considère comme la très probable Alésia des Mandubiens.

Cote de classement: 
J-1991-00900

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Le coin des érudits : La Bataille d'Alésia

Le Jura Français publie dans son numéro 81 de 1959 un échange épistolaire entre Pierre Jeandot et le général Henry Martin. Jeandot, d'abord partisan d'Alaise, conteste aujourd'hui les arguments en faveur de ce site et s'intéresse désormais à celui de Salins-les-Bains (hypothèse contestée par ailleurs par Léon Delamarche).

Cote de classement: 
J-1959-00836

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Pages

Souscrire à Carcopino J.