Paillard J.

Paillard Jacques

Général. Rédacteur en chef de la Revue Historique des Armées (en 1985).

Deux Alésia et un érudit. La brillante démonstration de l’abbé Guy Villette.

Un  ouvrage indispensable de 480 pages pour enfin comprendre pourquoi Alise-Sainte-Reine ne peut pas être l’Alésia de César et de Diodore de Sicile. Ayant découvert en 1982 la thèse d’André Berthier plaçant Alésia à Chaux-des-Crotenay, l’abbé Guy Villette (1917-1991) va publier de 1982 à 1988 une quarantaine de bulletins ronéotypés consacrés à la localisation de l’Alésia du siège de César.
Cote de classement: 
O-2016-03811

201 - A Monsieur le Général Paillard, Rédacteur en Chef de la Revue Historique des Armées

Dans son Bulletin 201, l'abbé Guy Villette reprend une lettre adressée au Général Paillard, rédacteur en chef de la Revue Historique des Armées dont le N°2 de 1987 est consacré à l'Alésia que fut Alise-Sainte-Reine. L'abbé apporte des précisions sur les “changements de position” vis à vis d'Alise, de certaines personnalités (dont le numismate Colbert de Beaulieu). Il fait état de la thèse récemment soutenue par Jean-Yves Guillaumin à Clermont-Ferrand.

Cote de classement: 
J-1987-03796

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Vercingétorix et Alésia

André Wartelle savait qu'il abordait une question difficile lorsqu'il commença à étudier l'hypothèse d'André Berthier, mais il pensait qu'un raisonnement bien conduit, dans un domaine où la logique s'impose, devait conduire l'esprit à la réalité. Rappelant les erreurs de Napoléon III, il évoque les distorsions entre le texte de César et la réalité à laquelle d'abord on a fait violence en lui imposant un site impossible et une archéologie préconçue : d'où l'importance de l'hypothèse d'André Berthier, justifiée par la méthode du portrait-robot faisant preuve d'une te

Cote de classement: 
L-1991-00133
Souscrire à Paillard J.