Houriez E.

Houriez Elisabeth

Archiviste et historienne, conservateur à la Direction des Archives de France (en 1963).

Echange de deux lettres en janv. 1964 entre A. Berthier et E. Houriez : préparation de la campagne 1965

Le 22 janvier 1965, Elisabeth Houriez, correspondante et “aide de camp” de Berthier, informe celui-ci de son entretien avec le Directeur des Archives, Chamson, au sujet de la campagne de fouille 1965. Lerat a transmis au Chef du Bureau des fouilles le rapport de Théobald et celui de Berthier, assortissant celui-ci d'un avis défavorable pour la poursuite des recherches. Aucune demande pour 1965 ne semble avoir été transmise ; Chamson en refait une et se propose de contacter plusieurs membres du CSRA. E.

Cote de classement: 
C-1965-04338

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Echange de deux lettres en fév. 1964 entre A. Berthier et E. Houriez : préparation de la campagne 1965

Courte lettre du 1er février 1965 de Berthier à E. Houriez lui transmettant deux notes du géologue Payer et les copies des lettres qu'il a envoyées à Payer et au général Blanc. Il propose que ces derniers puissent rencontrer le Directeur Chamson.

Cote de classement: 
C-1965-04337

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Deux lettres de janv. 1964 d'E. Houriez à A. Berthier : suivi des affaires

En janvier 1965, Elisabeth Houriez continue d'informer Berthier sur l'avancée de diverses affaires. Le 4 janvier : envoi de la lettre de Berthier au ministre Messmer, contacts avec le Laboratoire Central des Ponts et Chaussées et avec le Laboratoire de Nancy, rapport de Théobald, problèmes de gestion comptable... Le 18 janvier, elle clarifie les choses pour le contact avec le Laboratoire de Nancy.

Cote de classement: 
C-1965-04336

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Echange de 2 lettres en déc. 1964 entre E. Houriez et A. Berthier : expertise Ponts et Chaussées

Le 16 décembre, Elisabeth Houriez fait le point, auprès d'André Berthier, à propos des échanges récents avec le Laboratoire Central des Ponts et Chaussées au sujet d'une expertise à faire sur des matériaux ferreux recueillis pendant les fouilles de l'été. Manifestement, un quiproquo a conduit à retarder le travail à faire. De nouveaux contacts sont pris aussi bien à Paris qu'à Nancy pour débloquer la situation. Houriez s'inquiète du financement de cette expertise.

Cote de classement: 
C-1964-04334

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Echange de 2 lettres en déc. 1964 entre E. Houriez et A. Berthier : rapport du géologue Théobald

Le 14 décembre 1964, Elisabeth Houriez adresse copie à Berthier d'un rapport fait par le géologue Théobald à la demande du doyen Lerat sur la zone fouillée par Berthier (une copie du rapport est adressée officiellement à Chamson). Houriez voit dans ce rapport “une volonté systématique de démolir vos conclusions par tous les moyens et j'avoue ne pas être très convaincue par le jugement sans appel qui y est prononcé” ; elle évoque la mauvaise volonté et même l'hostilité de Lerat, membre influent du CSRA.

Cote de classement: 
C-1964-04333

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Trois lettres d'oct.-nov. 1964 d'E. Houriez à A. Berthier : élaboration du rapport de fouille 64

Le 16 octobre 1964, Elisabath Houriez (sorte d'“aide de camp” de Berthier aux Archives de France) accuse réception des envois de Berthier (Journal de fouille de l'été 64 et rapport condensé pour les instances officielles). Elle assure une nouvelle frappe des documents et le tirage des photographies à joindre.

Cote de classement: 
C-1964-04332

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Quatre lettres de la mi-août 1964 d'E. Houriez à A. Berthier : le point à quelques jours du début des fouilles

A la mi-août 64 (14, 18, 20 et 21), Elisabeth Houriez continue à informer Berthier, depuis Paris, de la situation relative au lancement des fouilles prévues à compter du 20 août (alors que l'autorisation n'a pas encore été remise par Lerat à Berthier à cette date, et que ce dernier est désormais dans le Jura). Elle fait le point sur les autorisations données par les propriétaires et évoque les contacts avec les militaires  (finalement, c'est un entrepreneur champagnolais, A. Pernot, qui fera le travail moyennant rémunération).

Cote de classement: 
C-1964-04331

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Quatre lettres de début août 1964 d'E. Houriez à A. Berthier : avant les fouilles du 20 août

Pendant toute la période de juillet-août 1964, Elisabeth Houriez continue d'informer son collègue et ami André Berthier de la résolution des nombreux problèmes qui se posent avant l'ouverture de fouilles à Syam.

Cote de classement: 
C-1964-04330

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Lettre du 1er fév. 1965 d'A. Berthier à C. Blanc : avis du géologue Payer

Le 1er février 1965, André Berthier accuse réception auprès du Général Blanc de sa dernière lettre accompagnée de 2 notes du géologue Payer. Ces notes permettent d'invoquer le bénéfice du doute pour relancer de nouvelles fouilles, contrairement aux affirmations péremptoires et condamnations de Lerat. Berthier précise les zones sur lesquelles faire de futurs sondages. Il souhaite que le Général, en lien avec Melle Houriez et M. Payer, puisse aller parler de l'affaire au Directeur des Archives, André Chamson.

Cote de classement: 
C-1965-04320

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Trois lettres de juil. 1964 d'A. Berthier à E. Houriez : préparation de la fouille de l'été 64

Le 22 juillet 1964, André Berthier répond à de précédents courriers de son amie (et aide de camp) Elisabeth Houriez. Il évoque son échange avec le Lieutenant-Colonel Granotier (cf. engin pour creuser les tranchées) et les possibles interventions auprès du Général Besson, patron de la VIIème région militaire. Il développe son point de vue sur les parcelles à fouiller et sur les autorisations à obtenir des divers propriétaires. Enfin, Berthier fait état de l'avancement de son ouvrage projeté sur l'affaire Alésia.

Cote de classement: 
C-1964-04296

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Pages

Souscrire à Houriez E.