controverse

162 - Les historiens de l'Alésia du siège

Dans son bulletin 162 (30 décembre 1983), Guy Villette , après avoir repris un article de Joël Le Gall de 1983, ré-étudie les textes des divers auteurs antiques ayant évoqué la bataille d'Alésia et met en avant les erreurs d'interprétation des défenseurs de la thèse alisienne. Pour Villette, les textes sont formels, la bataille a bien eu lieu en Séquanie alors que César fuyait la Gaule. Un long développement est consacré à la phrase “Cum Caesar...” .

Cote de classement: 
J-1983-02571

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

163 - Alise-Sainte-Reine, fausse Alésia de César. Deux méthodes pour une recherche.

Dans son bulletin ronéotypé  163 du 16 janvier 1984,  l'abbé Guy Villette démontre comment une pseudo-tradition, corroborée par une méthode pseudo-scientifique, a fait d'Alise le plus fallacieux de notre histoire. L'affaire commence avec le moine Héric vers 860 pour prendre une nouvelle tournure 1000 ans plus tard avec Napoléon III. Villette rappelle les trouvailles d'Alise-Sainte-Reine (dont les monceaux d'armes, ossements et monnaies de Grésigny) qui permettent à Napoléon III de tracer des lignes de contrevallation et de circonvallation et divers camps.

Cote de classement: 
J-1984-02570

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Les Alésia jurassiennes vues par les autres

Charles Thévenin rend compte dans le Progrès du 7 août 2003 de la sortie du livre de Michel Reddé “Alésia. L'archéologie face à l'imaginaire” qui fait le point sur les dernières fouilles réalisées à Alise-Sainte-Reine. Thévenin s'attache à commenter les pages consacrées par Reddé aux Alésia jurassiennes. Salins : les recherches étymologiques des salinois (sur les racines “sel” ou “Mand”) sont farfelues pour l'archéologue qui reconnaît toutefois la richesse du pôle princier protohistorique de Salins.

Cote de classement: 
J-2003-02552

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Alésia : la guerre continue

Bernard Guillot (à son tour) rappelle dans le Progrès du 9 novembre 2003 l'historique de la controverse sur la localisation d'Alésia. Le site officiel contesté dès l'origine (années 1860) s'est vu opposer le site d'Alaise dans le Doubs jusque dans les années 1950. En 1962, André Berthier relance le débat en inventant (et confirmant sur le terrain) le site d'Alésia - Chaux-des-Crotenay à l'aide d'un portrait-robot établi à partir des données du texte de César.

Cote de classement: 
J-2003-02546

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Jura? Bourgogne? L'autre bataille d'Alésia

La revue Présent ayant consacré un article à la prochaine ouverture d'un parc archéologique à Alise-Sainte-Reine, plusieurs lecteurs se manifestent pour dénoncer l'imposture du projet et renvoyer aux thèses soit de Berthier (Chaux-des-Crotenay), soit de Jeandot (Salins-les-Bains) et aux associations qui les soutiennent. 

Cote de classement: 
J-2003-02542

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

La localisation du siège d'Alésia. Présentation du colloque du 6 février 1998

Compte rendu par André Wartelle, dans le revue Transversalités (Revue de l'Institut Catholique de Paris), du Colloque du 6 février 1998. L'abbé rappelle préalablement les éléments clés de la controverse sur la localisation d'Alésia. Il mentionne ensuite l'intervention de Michel Reddé en faveur d'Alise-Sainte-Reine, présentant les fouilles récentes sur ce site : face aux questions de la salle assez critiques vis à vis du site officiel d'Alésia, M. Reddé décidera de ne pas participer à la séance de l'après-midi (dont la présentation de la thèse Berthier).

Cote de classement: 
J-1999-02539

La bataille de Gergovie

Discussion engagée par Rambaud dans le Revue des Etudes Latines à propos de la parution de “Gergovie, vieux problèmes et solutions nouvelles” d'André Noché.  Ce dernier tente de confronter les arguments des  tenants du site traditionnel de Merdogne à ceux des tenants du site des Côtes de Clermont dont Pierre Eychart. Rambaud ne rejette pas la thèse Eychart et lui trouve quelques intérêts alors même que les arguments en faveur de la thèse officielle sont mis à mal. 

Cote de classement: 
J-1974-02538

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

La bataille d'Alésia s'est-elle déroulée à Salins?

Le journal Les Dépêches annonce la tenue d'une conférence de C. de Mérona (le 29 septembre 1969 à Salins) au cours de laquelle il rappellera le déroulement des opérations d'Alésia (dont la localisation est controversée) et présentera les arguments en faveur de la thèse Alésia-Salins. La conférence est organisée par la jeune association “La Séquanie Saliférienne” (Président C. de Mérona, Président d'honneur P. Jeandot).

Cote de classement: 
J-1969-02524

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Où le site de Salins continue à s'opposer au site d'Alise + Episode des pentes declivia devexa

Pierre Jeandot, inventeur de la localisation d'Alésia à Salins-les-Bains, publie pendant plusieurs mois de 1965-1966 des chroniques dans l'hebdomadaire France-Jura en relation avec l'affaire Alésia. Trois numéros sont consacrés en novembre 1965 à la question de l'attaque des camps romains et plus particulièrement de l'attaque des abrupts (loca praerupta) puis à la question de l'épisode final des pentes “declivia devexa”.

Cote de classement: 
J-1965-02517

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Alésia : les textes désignent Salins...

Le Progrès du 8 janvier 1998 publie un long texte émanant de Marcel Jeandot, Président de l'Association Scientifique et Historique du Pays de Salins, rendant compte d'un exposé de Henri Eschbach sur la thèse Salins-Alésia. Ce dernier s'en prend à André Berthier dont la méthode du portrait-robot “fait moderne, réaliste” et sur l'usage fait de la traduction erronée de Constans. Eschbach se prend alors à donner une leçon de méthode  pour démontrer que Salins est bien l'Alésia de César.

Cote de classement: 
J-1998-02505

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Pages

Souscrire à controverse