2 - Avaricum, Gergovie, Uxellodunum... des localisations controversés

Lettre du 3 janv. 1999 de G. Girard à D. Porte : localisation d'Avaricum - appel aux jurassiens

Gilbert Girard (membre ancien et biturige de l'équipe Berthier) transmet à Danielle Porte un article paru dans La Bouinotte dans lequel l'auteur, maire-adjoint de Bourges questionne la localisation d'Avaricum. Il sollicite l'aide des jurassiens pour élucider le mystère.

Cote de classement: 
C-1999-02621

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Mystère sur la bataille d'Avaricum

Dans un article de la Bouinotte (le magazine du Berry), Roland Narboux, maire adjoint de Bourges, ouvre un débat sur la localisation d'Avaricum à Bourges où les archéologues n'ont jamais trouvé les traces du forum et des places de cette ville gauloise admirée par César ni les fortifications gauloises. Cet article sera transmis par un ami de Bourges à André Berthier qui se mobilisera (avec Jacques Berger) pour tenter d'élucider le mystère.

Cote de classement: 
J-1998-02620

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

La bataille de Gergovie

Discussion engagée par Rambaud dans le Revue des Etudes Latines à propos de la parution de “Gergovie, vieux problèmes et solutions nouvelles” d'André Noché.  Ce dernier tente de confronter les arguments des  tenants du site traditionnel de Merdogne à ceux des tenants du site des Côtes de Clermont dont Pierre Eychart. Rambaud ne rejette pas la thèse Eychart et lui trouve quelques intérêts alors même que les arguments en faveur de la thèse officielle sont mis à mal. 

Cote de classement: 
J-1974-02538

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Amagétobrie

Désiré Monnier, dans son Annuaire du Jura de 1852 (Annales anciennes) développe ses idées sur la bataille d'Amagétobrie (Magétobria) qui opposa Celtes (troupes gauloises menées par les Eduens) et Germains (conduits par Arioviste) vers 62-60 av. J.C... La localisation d'Amagétobrie restant encore indéterminée, Monnier veut aller explorer un site probable entre Jura et Côte d'Or, du côté de Pontailler. Des incidents avec des habitants et des responsables locaux l'empêcheront de faire ses recherches.

Cote de classement: 
O-1852-01546

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

L'oppidum de Bibracte. La capitale abandonnée.

Vincent Guichard, dans cet article du numéro thématique 77 du magazine Historia, présente Bibracte, l'oppidum des Eduens, désormais localisé officiellement sur le Mont Beuvray. Cet oppidum semble avoir été abandonné environ un demi-siècle après la guerre des Gaules.

Cote de classement: 
J-2002-01523

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Et là, vraiment toute la Gaule fut occupée

Le journaliste Pierre Barthélémy fait le point des connaissances sur la dernière bataille de César en Gaule à Uxellodunum. La localisation de cette bataille a longtemps été controversée, Napoléon III ayant décrété celle-ci sur une boucle du Lot en face de Luzech. Dès 1865, des opposants à cette décision fouillent du côté du Puy d'Issolud et y découvrent des fers de traits de lance, des pointes de flèches, etc.

Cote de classement: 
J-2004-01398

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Ce que nous savons aujourd’hui sur la guerre des Gaules. C’est à Bibracte que s’engage le combat final (2)

Dans cet article du Figaro d'août 1989, Georges Suffert évoque la tenue à Bibracte de l'assemblée des chefs des ethnies gauloises. Mais où est Bibracte la capitale des Eduens? Pour l'auteur, la civilisation des oppida, villes fortifiées à proximité de peuplements, est à son apogée. L'oppidum de Bibracte est resté longtemps ignoré. Antérieurement localisée à Autun, c'est au Mont-Beuvray qu'on localise désormais Bibracte. Des fouilles ont été réalisées en 1984 qui mettent bien en évidence les imposantes murailles.

Cote de classement: 
J-1989-01374

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Ave Caesar : la bataille de Gergovie n’a pas eu lieu

André Peyrin, dans cet article de La Montagne de mars 1988, reprend l'historique de la controverse sur la localisation de Gergovie. D'abord imposés par Napoléon III comme site officiel, le village de Merdogne et son plateau ont été très vite contestés. En 1932, puis en 1945, les regards se tournent vers un autre site, celui des Côtes de Clermont. Paul Eychart, après 30 années de fouilles méthodiques, publie en 1987 un ouvrage complet sur le site des Côtes de Clermont.

Cote de classement: 
J-1988-01372

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Gergovie ou la preuve par trois : toponymie, topographie, archéologie

Cet article du journal La Montagne du 24 avril 1988 reprend la question de la localisation de la bataille de Gergovie. Il présente les arguments de deux défenseurs de la thèse officielle et donc du site de Merdogne (baptisé Gergovie par Napoléon III). Pour ces deux personnes, si on se fonde sur la seule exégèse du texte latin, la plupart des escarpements situés dans un rayon de 100 km autour de Clermont-Ferrand pourraient être de potentielles Gergovie. Les 600 monnaies trouvées sur Merdogne et datant de la Guerre des Gaules constituent pour eux un argument imparable.

Cote de classement: 
J-1988-01368

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Ce que nous savons aujourd’hui sur la guerre des Gaules. Le soleil de Gergovie (1)

Anne-Marie Romero, fait le point dans cet article du Figaro d'août 1989, sur la question de la localisation de Gergovie. Elle revient sur la décision arbitraire de Napoléon III, décrétant le 11 janvier 1865, de rebaptiser le village de Merdogne en Gergovie. En dépit des fouilles faites à Merdogne, c'est un autre site (Les Côtes de Clermont) qui semble désormais être tenu comme la vraie Gergovie, suite aux travaux de Paul Eychart (même si d'autres thèses sont proposées). Il y a urgence à procéder à des fouilles sur le site des Côtes de Clermont. 

Cote de classement: 
J-1989-01367

Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.

Pages

Souscrire à 2 - Avaricum, Gergovie, Uxellodunum... des localisations controversés