Le Second Empire et Alésia

Sous-titre: 
Une page majeure de l'archéologie européenne

Origine du document:

Lieu de conservation:

Type de document:

Cote de classement: 
J-1968-01707

Auteur personne physique:

Classeur: 
AE_2
Boîte: 
15

Langue:

Date: 
09/1968
Pagination: 
8 p.
Année de production: 
1968

Titre Revue Périodique:

Mention d'illustration: 
3 photos, 4 cartes, 1 planche de reproduction d'armes
Numéro périodique: 
24
Références pages de la source: 
pp. 14-21
Note: 

Dossier Archéologia  “Après un siècle de controverses, Alésia gagne sa bataille”. Jacques Harmand, Conservateur-Adjoint au Musée du Louvre, revient sur la controverse de la localisation d'Alésia développée au cours du Second Empire. Alors que personne ne doutait depuis le IXème siècle qu'Alésia était bien située à Alise-Sainte-Reine, des francs-comtois (A. Delacroix, A. Castan...) et des érudits (J. Quicherat, E. Desjardins...) remettent en cause cette vérité en 1855 et militent pour Alaise dans le Doubs. Pour J. Harmand, cette contestation aura eu une conséquence bénéfique pour Alise-Sainte-Reine puisque des fouilles y seront réalisées entre 1861 et 1865 (travaux de Millot, Stoffel, Rossignol...). Malheureusement les pièces de la période Stoffel, remisent directement à Napoléon III disparaitront en 1870-71 avec l'incendie des Tuileries (mais Harmand indique “paraissent avoir disparu”).  Quant à l'oeuvre de Napoléon III (Histoire de Jules César), elle ne consacrera qu'une quinzaine de pages et 4 planches à Alésia... pour Harmand, on peut parler de sabotage de l'oeuvre de Paul Millot de la part de l'Empereur.

En 1969, Jacques Harmand ne mentionne pas la thèse Berthier (il en reste à la polémique créée avec les prétentions d'Alaise). Son texte reste néanmoins utile pour ce qui concerne les fouilles menées à Alise sous le Second Empire.

Descripteurs archéologiques:

Descripteurs historiques:

Descripteurs méthodologiques:


Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.