Alésia, c’est Alise-Sainte-Reine

Origine du document:

Lieu de conservation:

Type de document:

Cote de classement: 
J-1984-01213

Auteur personne physique:

Classeur: 
AC
Boîte: 
15

Langue:

Date: 
07/1984
Pagination: 
6 p.
Année de production: 
1984

Titre Revue Périodique:

Mention d'illustration: 
3 dessins, 5 photos, 1 carte
Numéro périodique: 
5
Références pages de la source: 
pp. 48-53
Note: 

Pour Gilbert Charles-Picard, rien ne justifie les thèses franc-comtoises sur la localisation d'Alésia. Ce spécialiste des civilisations carthaginoise et romaine revient d'abord sur le texte des Commentaires et sur l'itinéraire de fuite de César. Il décrit l'épisode de la bataille préliminaire de cavalerie (que l'auteur ne peut pas situer!...) et le repli de Vercingétorix sur Alésia et tente de démontrer que cette place ne pouvait pas être en Séquanie. Il s'étend ensuite sur ce qu'il considère être “une certitude absolue” Alésia = Alise-Sainte-Reine) en invoquant les résultats des fouilles, les nombreux objets trouvés, l'inscription de Martialis, les monnaies appartenant à des peuples divers... Pour Gilbert Charles-Picard, cette controverse sent la rivalité de clochers (Francs-comtois contre Bourguignons). Et pour être plus clair, l'auteur conclut: “Mais il faut le redire fermement, pour finir, que le problème n'existe pas”. 

Un petit pavé de Xavier de Régie revient sur l'histoire de la controverse, évoque les thèses comtoises (Alaise, Salins et Chaux-des-Crotenay et surtout “souhaite aux francs-comtois de trouver des témoignages archéologiques qui leur permettent de lutter avec la thèse officielle”.

Deux exemplaires de l'article (dossiers différents).

Descripteurs topographiques:

Descripteurs militaires:


Pièces-jointes: 
L'accès au fichier associé à cette notice est réservé aux utilisateurs connectés.